Axes de recherche

Notre équipe travaille sur la recherche fondamentale de la psychanalyse. Conscient que la clinique du sujet évolue avec les signifiants de la civilisation, et que le discours de la psychanalyse se doit de poursuivre son invention continue afin de permettre aux praticiens de s’y inscrire, nous entendons maintenir vivante la psychanalyse. La psychanalyse se révèle ainsi profondément politique dans ses actions et élaborations. Le fait que nous soyons témoins depuis quelques années d’une recrudescence d’un mouvement anti-psychanalytique illustre l’importance que celle-ci au sein de la civilisation. Nos chercheurs explorent donc la clinique contemporaine mais aussi les questions de civilisation, entrainant nos doctorants dans une recherche continue des conditions même du lien social.

- Axe 1 : Etudes des concepts fondamentaux

Le travail de l’équipe se déploie essentiellement autour d’un approfondissement du tout dernier enseignement de Lacan, en lien, notamment, avec les Congrès de l’Association Mondiale de Psychanalyse et de la New Lacanian School, privilégiant les thématiques suivantes : l’Ordre symbolique et le Réel au XXIème siècle (le renouvellement des catégories lacanienne et leur pertinence pour saisir l’épistémologie contemporaine), l’inconscient Réel, le corps parlant, la psychose ordinaire, le sinthome (concept qui a donné lieu à une journée : « Folle hérésie dans l’invention de savoir », le 28 avril 2014, en partenariat avec la Faculté de psychologie de Florianopolis (Brésil)

L’équipe a également orienté son travail autour de la sexuation et du genre, en particulier sur les problématiques contemporaines (transsexualisme, transgenre, mariage pour tous, GPA). Un séminaire s’est ouvert en partenariat l’UMR LEGS (Etudes de genre) : séminaire doctoral croisé « penser le sexuel, entre psychanalyse et études de genre ».

- Axe 2 : Clinique ; psychanalyse pure et psychanalyse appliquée

L’équipe collabore avec de nombreuses institutions, notamment les CPCT et les hôpitaux par le biais des présentations de malades (qui se tiennent dans le cadre de l’Unité clinique des Murets, l’Unité clinique de Clamart, et l’Unité clinique de Villejuif).

Cet axe vise à rende compte de tous les travaux plus spécifiquement cliniques des membres de l’équipe. Ils se déploient selon deux grandes orientations :

- Travail en partenariat avec des associations et des lieux institutionnels (Uforca, institut de l’enfant, CPCT, Hôpitaux psychiatriques, et autres).

- Investigation de l’actualité de la clinique et de ses manifestations contemporaines, avec une attention particulière aux orientations l’Ecole de la Cause freudienne.

Les grandes thématiques suivantes ont notamment été abordées dans leurs déclinaisons contemporaines : autisme, traumatisme, la maternité, le couple, l’objet regard et sa prégnance dans la société actuelle, les pratiques cliniques en services de médecine, la clinique du corps et des événements de corps.

Tout un pan des recherches de l’équipe est également consacré à la spécificité de la formation du psychanalyste, en partenariat également avec les écoles de l’AMP (Association mondiale de psychanalyse). Les membres de l’équipe ont notamment abordé les thèmes suivants : l’entrée en analyse, les effets thérapeutiques rapides, les résultats de l’expérience analytique, les modalités de la fin de l’analyse, le transfert et le désir de l’analyste.

Axe 3 : Politique et symptômes contemporains

L’équipe s’attache à nouer son travail de recherche à un développement de ses incidences sur le champ politique. La politique de santé en matière d’autisme a orienté ses travaux ainsi que la réflexion sur le burn-out, les nouvelles formes de management, l’évaluation généralisée, les extrémismes. Elle est intervenue également sur la question du mariage pour tous. la Journée du Département de 2017, intitulée : « Identité et trauma » a problématisé l’articulation de ces thèmes pour en déplier l’actualité politique.

Les symptômes contemporains, quant à eux, ont été abordés lors de la Journée du Département de 2012 consacrée au thème suivant : « Symptômes de la modernité : stress, angoisse, dépression ». Ils font l’objet d’autres travaux articulés à la politique de santé mentale (addictions, monosymptômes, etc.).